×

Rwanda : une formation pour assurer son avenir

1er juin 2017

Je m’appelle NIYOMUGABO Jean de Dieu. J’ai 11 ans. Mon beau-père m’a fait travailler comme domestique pourtant j’ai toujours rêvé d’aller à l’école. Quand j’ai appris qu’il y avait un cours gratuit d’alphabétisation pour les jeunes domestiques, je me suis inscrit. Aujourd’hui, je suis heureux, je sais un peu lire, écrire et calculer.

Il y a plus de 25 ans la Convention de l’enfant prend vie. Le monde a alors fait une promesse aux enfants : faire tout son possible pour protéger et promouvoir leurs droits de survivre et de se développer, d’apprendre et de s’épanouir. Pourtant de nombreux enfants à travers le monde restent encore à la traîne et sont privés de leurs droits.

La réalisation pleine et effective des droits des enfants est un combat quotidien que notre association-membre ADPM mène au jour le jour auprès des enfants et jeunes les plus vulnérables. C’est ainsi qu’elle a mis sur pied des Centres de formation à Kigali, la capitale du Rwanda, pour accueillir et former des enfants et jeunes défavorisés.

Les enfants y reçoivent une remise à niveau en alphabétisation (calcul, lecture et écriture). Ils entament par la suite une formation technique en cuisine de plusieurs mois qui se clôture par un stage. Une fois leur diplôme en poche, une nouvelle vie s’ouvre à eux.

Au Rwanda il est courant que des enfants pauvres – souvent orphelins de mère et/ou de père – soient engagés comme domestiques. Ces filles et garçons sont quelque fois âgés de douze ans à peine. Lors d’un programme précédant, ADPM a offert à 50 jeunes domestiques des cours d’alphabétisation et une formation professionnelle en cuisine et l’hôtellerie, avec l’objectif avoué de quitter leur poste de domestiques pour un emploi mieux rémunéré et surtout mieux considéré, dans le secteur de l’hôtellerie ou de la restauration.

L’objectif de ce programme est double :

  • Assurer l’insertion socioprofessionnelle de 180 jeunes vulnérables (filles et garçons, avec une proportion féminine minimale de 50 %), grâce à une formation professionnelle qualifiante aux métiers de la cuisine et de l’hôtellerie.
  • Mettre en place d’un partenariat avec d’autres Centres de formations, pour l’intégration de 40 jeunes déscolarisés dans leurs formations existantes : maçonnerie, soudure, plomberie, électricité.

Par ailleurs, un fonds de roulement sera mis en place pour la création d’activités génératrices de revenus par des jeunes formés, ayant l’esprit d’entreprenariat.

Inscrivez-vous à notre Newsletter