×

Manifestation | Colombie

Solidarité avec la mobilisation « indigène et populaire »

Compte-rendu & reportage photo

Stephane Compère Stephane Compère
24 novembre 2008
Une manifestante . Une manifestante

Pendant que le vice-président colombien, Francisco Santos, se réunissait à Bruxelles avec des chefs d’entreprise belges et européens pour promouvoir les « excellentes » conditions d’investissements en Colombie, une série d’organisations belges de défense des droits humains, d’ONG, de résidents colombiens en Belgique ainsi que le CNCD-11.11.11 - membre de la Coordination belge pour la Colombie - se sont rassemblés ce vendredi 21 novembre en face de l’ambassade de Colombie sur l’avenue Franklin Roosevelt à Bruxelles pour exprimer leur solidarité internationale avec la « Minga indigène et populaire », à savoir les grandes mobilisations des autochtones colombiens menées depuis le 12 octobre.

En effet, la Colombie assiste aujourd’hui à la mobilisation indigène la plus importante et la plus généralisée de ces dernières années. Les indiens colombiens ont entamé un sommet itinérant de résistance dans toutes les régions du pays et leurs luttes convergent avec d’autres luttes populaires et paysannes. Ils se mobilisent depuis 40 jours en affirmant : « Que l’Etat d’Exception n’éteigne pas la voix des peuples et le cri de la terre mère » et pour exiger du gouvernement colombien le respect de leur vie.

Le drapeau colombien . Le drapeau colombien

Les manifestants bruxellois ont réaffirmé leur appui aux peuples indigènes de Colombie qui, malgré la fatigue, la répression et la faim, ont poursuivi leur « Minga » avec la parole comme seule arme afin d’exprimer leur désaccord avec les actuelles politiques du gouvernement qui conduisent à l’expulsion de leurs territoires au bénéfice de grandes entreprises. Les organisations présentes ont aussi tenu à revendiquer la nécessité d’une paix négociée au conflit armé interne et d’une paix durable ainsi que l’adoption par le pays sud-américain de la déclaration universelle des droits des peuples indigènes.

Visitez la galerie photo de cette action www.cncd.be/photos

Au cours du rassemblement, une délégation de manifestants a remis à l’ambassade une lettre adressée au président colombien Alvaro Uribe. La voici :

Monsieur Alvaro Uribe Velez
Président de la Republique de Colombie
Palacio de Nariño
Santafé de Bogotá

Bruxelles, le 21 novembre 2008

Monsieur le Président de la République,

Ce vendredi 21 novembre, la Minga indigène et populaire nationale qui marche depuis le 12 octobre arrivera à Bogota. Cette marche vise à dénoncer la grave situation de violation des droits humains, la limitation systématique des droits fondamentaux consacrés dans la Constitution de 1991 et l’adoption de lois et de décrets qui affaiblissent les droits des 102 peuples indigènes qui vient en Colombie et menacent leur survie physique et culturelle.

Nous considérons que cette marche est légitime parce qu’elle vise à défendre le droit à la vie, à la survie sociale et culturelle, les droits territoriaux, politiques et envirronementaux des peuples indigènes. Ceux-ci dénoncent les politiques de développement qui mettent en péril leurs droits collectifs et territoriaux, affectent leur autonomie et leur culture. Ils exigent également le droit fondamental à la paix, la fin de la criminalisation des organisations indigènes, les droits à la vérité, à la justice et à la réparation des crimes commis à l’encontre des peuples indigènes et contre toutes les victimes. Enfin, ils soulignent l’urgence d’une solution politique au conflit armé interne.

C’est pour cela que nous vous demandons respectueusement de :

— Entamer un dialogue et prendre en compte les revendications des peuples indigènes qu’ils ont défini avec leur communautés comme cela vous a été demandé à de nombreuses reprises par les autorités indigènes traditionnelles ;
— Garantir l’intégrité physique et la sécurité des personnes qui participent à cette marche ;
— Ratifier sans délai la Déclaration de l’ONU sur les Droits des Peuples Autochtones comme un geste de bonne volonté visant à la préservation des droits fondamentaux des peuples indigènes de Colombie.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de ma très haute considération.

Signataires :

Isabelle Durant, Sénatrice et co-présidente Ecolo
Josy Dubié Vice-Président de la Commission des Relations extérieures du Sénat
Wouter De Vriendt- Commission des Relations extérieures de la Chambre des Représentants
Tindemans Elke, Sénatrice, Commission des Relations extérieures du Sénat
Céline Delforge, Députée du Parlement de la Région de Bruxelles-Capitale
Paul-Emile Dupret, Juriste du Groupe GUE/NGL, Parlement Européen
Jean Cayron, Président d’ICRA International Belgique
Armand Burguet, Président de la Fédération Internationale des comités
Ingrid Betancourt
Frédéric Lévêque, Comité pour le respect des droits humains “Daniel Gillard”
Parmenia Camargo, Servicio Paz y Justicia – SERPAJ Europa
Guido De Schrijver, Red de Comites Oscar Romero
Stephane Compère, Centre national de coopération au développement – CNCD-11.11.11
Katia Nouten, Coordination Belge pour la Colombie
Louis Nicodème, président de la FEDERATION UNIE DE GROUPEMENTS DE ELEVEURS ET DE AGRICULTEURS (FUGEA)
François de Gaultier, animateur de FUGEA
Luis Guillermo Pérez Casas, Secrétaire Général FIDH
Ramon Aguirre, Comité contre l’impunité et pour la démocratie en Amérique latine
Matthieu de Nanteuil, Université catholique de Louvain
Gerardo Aiquel, L’Entraide missionnaire
Gaston Lion- Président Comité Belge Amérique Indienne
Ph. Grignard, Comité Amérique centrale
Claudio Guthmann. Coordinación Colombia. Amnesty International -BF
Franz Van Olmen, Amnesty International-VL
Gérard Choplin, European Coordination Via Campesina
Bernard Duterme, Directeur du Centre tricontinental – CETRI
Joep Oomen, Coalición EUROPEAN COALITION FOR JUST AND EFFECTIVE DRUG POLICIES, ENCOD
Jonas Vanreusel, FIAN
Jean Pestieau, professeur émérite de l’UCL
Filip De Bodt, Gemeenteraadslid LEEF ! Herzele
Jean-Pierre ANDRE
Monique Munting, réalisatrice
Ana Maria Masramon
Maria McGavigan
Iñaki Zabala
Geneviève Tournon
André Dubois
Felipe Martinez
Florència Aleix
Caroline Starquit
Alicia Jardel, Professeur
Loretta FACCHIN
Camilo Paez, Ines Elvira Garcia
Calixto Avila Rincón, Defensor de derechos humanos

Tags: Colombie

Lire aussi

La centrale d'Hidroituango engloutira 79 kilomètres de berges le long des canyons de la Cauca, au Nord de la Colombie.
Une femme, une cause

Isabel Zuleta, au chevet des rivières vivantes

Cheville ouvrière du Mouvement des rivières vivantes, la jeune colombienne Isabel Zuleta s’oppose à la construction du gigantesque barrage d’Hidroituango qui engloutira 79 kilomètres de berges, faisant disparaître une riche biodiversité tropicale, des (...)


  • Jean-François Pollet

    22 octobre 2018
  • Lire
Colombie : le droit à la terre condition d'une paix durable

Colombie : le droit à la terre condition d’une paix durable

« Je suis un paysan de la région de Cordoba. […] Je suis arrivé avec ma femme Elisabeth Hernandez et mes deux fils, Leonardo Henrique Gomez et Eder Gomez, pour travailler. J’ai consacré ma jeunesse à construire une ferme... Quand je l’’ai enfin (...)


Qui ? Stephane Compère
Adresse Quai du Commerce, 9 - 1000 Bruxelles
Téléphone +32 (0) 2 250 12 48

Inscrivez-vous à notre Newsletter