×

Presse

Soutenir les populations arabes dans le respect du droit international

18 mars 2011

Ce dimanche, manifestation à Bruxelles en solidarité avec le « printemps arabe ».

Le CNCD-11.11.11 s’est joint à l’appel à manifester en soutien aux soulèvements populaires au Moyen-Orient et en Afrique du Nord ce dimanche 20 mars à 14h à la Gare du Nord. Rappelons qu’il s’agit d’un appel lancé à l’origine au Forum social mondial en février 2011 à Dakar pour une journée internationale de solidarité avec le « Printemps arabe » qui a démarré en Tunisie en décembre 2010. En Belgique, plus de 75 organisations ont rejoint cet appel autour de quatre mots d’ordre.

Premièrement, il s’agit avant tout de montrer notre solidarité avec ces peuples qui se soulèvent pour le respect de leurs droits politiques, sociaux et économiques.

Deuxièmement, cette solidarité nécessite que l’Union européenne et ses Etats membres mettent un terme à une politique qui a contribué jusqu’ici à maintenir, voir à renforcer militairement des régimes autoritaires dans cette région. En agissant ainsi, l’UE ne visait que des intérêts à courte vue qui se limitaient à ses préoccupations migratoires, sécuritaires et économiques.

Troisièmement, alors qu’aujourd’hui, les populations arabes elles-mêmes s’expriment pour se libérer du joug autoritaire et répressif, il s’agit pour l’Europe de les accompagner dans leurs aspirations à la liberté, la démocratie, la paix et la justice sociale. L’UE doit maintenant entreprendre ce qui est le fondement même de sa Politique européenne de voisinage, à savoir une politique de coopération qui vise le développement de cette région, en répondant au slogan « emploi, liberté, dignité » qui a marqué les manifestations de ces dernières semaines.

Enfin, quatrièmement, cette coopération ne saurait souffrir d’une quelconque ingérence de la communauté internationale dans les affaires intérieures de ces pays, ni pendant les soulèvements ni pendant les phases de transitions démocratiques en cours actuellement. En conformité avec le droit international, il convient de garantir le respect de la souveraineté des pays et des peuples.

Adapté au contexte libyen et la nécessaire protection de la population face à la répression des forces fidèles à Mouammar Kadhafi, ce mot d’ordre vise à la fois le soutien des populations libyennes et le respect du droit international pour toute intervention sur le sol libyen. En l’occurrence et en vertu du paragraphe 7 de l’article 2 de la Charte des Nations Unies, le fait que le Conseil de Sécurité ait adopté la résolution 1973 prévoyant des mesures coercitives à l’égard de la Libye au titre du Chapitre VII ne peut être considéré comme portant atteinte à la souveraineté de la Libye. La résolution 1973 a donc pour but de protéger les populations locales sans violer le droit international, ce qui reflète notre position. Le Conseil de sécurité affirme d’ailleurs « son ferme attachement à la souveraineté, à l’indépendance, à l’intégrité territoriale et à l’unité nationale de la Jamahiriya arabe libyenne ».
Parallèlement à cette résolution, tout doit être entrepris pour que l’accès de l’aide aux populations soient assuré et que le Conseil européen accorde la « protection temporaire » aux réfugiés de Libye qui fuient les combats.

Contacts

Arnaud Zacharie
0495.92.35.58

Rabab Khairy
0473.35.65.62

Lire aussi

Les ONG belges s'emparent de l'égalité de genre
Lancement d’une charte commune

Les ONG belges s’emparent de l’égalité de genre 

Cette année, les ONG belges ainsi que les acteurs institutionnels se dotent d’une charte genre. La charte genre a pour objectif de construire un socle commun d’engagements et de créer un élan positif dans toutes les organisations pour aboutir à (...)


  • Carine Thibaut

    19 novembre 2018
  • Lire

Inscrivez-vous à notre Newsletter