×

Terres nomades, terres perdues pour les Bédouins du Néguev

Village non reconnu et démoli plus de 60 fois, Al Arakib est devenu le symbole de la résistance bédouine face à la politique israélienne d’assimilation forcée. Un groupe d’activistes belges Solidarity with Bedouins s’est rendu en Israël pour la deuxième fois en mars dernier.

C’est une terre de cailloux et de poussière, brûlée par le soleil. Un campement fait de maisons de briques et de tôles, les troupeaux de moutons qui paissent, quelques chameaux dans les pâturages alentour... Ce pourrait être une carte postale d’un endroit idyllique mais rapidement l’œil saisit le caractère hétéroclite des baraquements, des murs de pierres démolis témoins d’un désastre récent, les enclos pour animaux faits de bric et de broc, les chemins défoncés...

Le village d’El Sira s’étale dans la plaine entre les villes de Beer Sheba et Adrar, dans le Néguev. Septante familles y vivent, soit environ 500 personnes. Elles ont aménagé elles-mêmes la route et des panneaux photo voltaïques rendent le village autonome en électricité. À l’entrée de la maison de Khalil, l’ordre de démolition est toujours affiché. Depuis 2007, on a dénombré pas moins de 51 ordres de démoli- tion de maisons à El Sira. Le 6 décembre 2012, le tribunal de Kiryat Gat a annulé ces ordres, le juge ayant estimé la démolition « disproportionnée » mais l’État a fait appel de la décision. « Depuis 2006, nous avons reçu des ordres de démolition pour toutes les maisons. Deux habitations qui étaient en train d’être rénovées ont été démolies », explique Khalil Alamour, enseignant et juriste et l’un des plus fervents opposants à la politique d’assimilation des Bédouins (...)

Lire aussi

Qui ? Serge Bailly
Adresse Quai du Commerce, 9 - 1000 Bruxelles
Téléphone +32 250 12 30
Email cncd@cncd.be

Inscrivez-vous à notre Newsletter