×

Tunisie : le prêt que prépare l’UE ne fera qu’aggraver l’endettement

2 avril 2014

Communiqué de presse - Les organisations de la société civile demandent au Parlement Européen de se concentrer sur l’annulation de la dette tunisienne plutôt que d’approuver un nouveau prêt de 300 millions à la Tunisie, qui ne fera qu’aggraver le poids de la dette de ce pays.

Communiqué de presse - Bruxelles, 28 mars 2014
Les organisations de la société civile demandent au Parlement Européen de se concentrer sur l’annulation de la dette tunisienne plutôt que d’approuver un nouveau prêt de 300 millions à la Tunisie, qui ne fera qu’aggraver le poids de la dette de ce pays.

Ce prêt, qui est accompagné d’une multitude de conditions économiques et commerciales, sera soumis au vote du Parlement européen ce 16 avril. Les organisations de la société civile affirment que seule l’annulation de la dette et le soutien au renforcement des capacités des institutions tunisiennes sous la forme de dons peuvent conduire à la relance économique et à la poursuite des réformes démocratiques, que l’Europe a promis de soutenir.

La Tunisie est déjà en train de rembourser la dette contractée par le régime Ben Ali à la France et à plusieurs institutions multilatérales telles que la Banque Mondiale, la Banque Africaine de Développement et la Banque européenne d’investissement (BEI). Cette dernière a reçu 149 millions d’euros en remboursement de dette uniquement en 2011 , et ces montants sont en augmentation.

L’année dernière, la Tunisie a déjà remboursé à ses créanciers extérieurs 330 millions d’euros . Au total, elle rembourse davantage (en remboursement de capital et intérêts) qu’elle reçoit en prêts et dons nouveaux.

Pour Fathi Chamkhi, porte-parole de l’organisation tunisienne RAID (membre des réseaux CADTM et ATTAC), « ce prêt de l’UE – qui bénéficie de l’étiquette “assistance” – devra être remboursé et ne fera qu’alourdir l’endettement tunisien. Le fardeau actuel de la dette tunisienne est le fruit du régime Ben Ali, et donc il peut être considéré en majorité comme une dette “odieuse”. C’est ce qu’a reconnu une résolution du Parlement européen lui-même le 10 mai 2012. Le fardeau de cette dette ne devrait donc pas reposer sur les épaules du peuple tunisien. L’aspect le plus pervers de ce nouveau prêt est qu’il sera utilisé à 85% pour rembourser des dettes contractées auprès d’États membres de l’UE et auprès de la BEI par un régime dictatorial et corrompu ».

Pour Renaud Vivien (co-secrétaire général du CADTM Belgique) : « si le Parlement européen veut réellement aider le peuple tunisien, il doit pousser les créanciers à prendre leurs responsabilités en annulant sans condition la dette odieuse léguée par la dictature de Ben Ali qui a été soutenue par ces mêmes créanciers. En attendant cette annulation, il est urgent de suspendre le remboursement de la dette tunisienne à l’égard de l’Union européenne (avec gel des intérêts) afin que le gouvernement tunisien puisse donner la priorité aux besoins de sa population plutôt qu’à ses créanciers. Ce moratoire doit durer jusqu’à ce qu’un audit intégral de cette dette ait pu identifier la part odieuse et illégitime qu’il faut annuler sans condition. C’est une question de justice pour le peuple tunisien ».

Pour Antonio Gambini du CNCD-11.11.11, « alors que le peuple tunisien a conquis de haute lutte le droit de choisir librement et démocratiquement son modèle économique et social, ce prêt oblige de facto la gouvernement tunisien a mettre en œuvre une politique d’austérité néo-libérale, imposée par le FMI, alors même que le FMI lui-même reconnait désormais que les recettes semblables appliquées à la Grèce ont conduit à l’échec et au désastre social ! »

Contact presse

Antonio Gambini
Chargé de recherche sur la Justice fiscale au CNCD-11.11.11
antonio.gambini cncd.be
Quai du Commerce 9 1000 Bruxelles
+ 32 (0)2 613 30 31

Les droits humains d’abord !



Disciplinons les multinationales, refusons une justice qui les privilégie.
]

Lire aussi

Un traité transatlantique au mépris du climat ?
Tribune

Un traité transatlantique au mépris du climat ?

Les Etats membres de l’UE se prononceront « dans les prochaines semaines » sur la négociation d’un nouveau traité transatlantique avec les Etats-Unis. La Commission européenne a publié en janvier dernier des mandats de négociation en ce sens, mais le (...)


  • Arnaud Zacharie, Michel Cermak

    20 mars 2019
  • Lire
« La crise financière de 2008 avait soulevé des émeutes de la faim dans les grands villes du Sud, affamées par la flambée des prix des produits alimentaires. A Haïti, ceux qui ne peuvent pas se payer à manger se contentent d'une galette d'argile qui tient au ventre. »
Du nord au Sud, et à l’envers

Crise de la dette au Sud

Dix ans après la chute de Lehman Brothers, les pays en développement croulent à nouveau sous les dettes. Et les répercussions sont graves : flambée des prix, politiques d’austérité, sous- investissements (...)


  • Jean-François Pollet

    18 mars 2019
  • Lire
Accord de commerce UE-USA : le spectre d'un mini-TTIP

Accord de commerce UE-USA : le spectre d’un mini-TTIP

La Commission européenne a proposé en janvier de lancer de nouvelles négociations commerciales transatlantiques, aux antipodes des ambitions climatiques exigées par une part croissante de la population. Le Parlement européen semble plus divisé que (...)


  • Michel Cermak

    20 février 2019
  • Lire

Inscrivez-vous à notre Newsletter