×

Travail décent

Un revenu décent pour une vie décente

mars 2008

La mise en concurrence des travailleurs du monde entier et les menaces constantes de délocalisations alimentent une idée fausse dans l’opinion publique : le travailleur du Sud serait le concurrent du travailleur du Nord et la cause de ses problèmes d’emploi et de revenus. Pourtant, rien n’est plus faux. La stagnation des salaires au Nord provient avant tout de la part croissante des richesses aspirées par les actionnaires des firmes au détriment des salaires − dont la part dans le PIB a baissé en Europe de 8,6% depuis le début des années 19805. Comme le souligne Charles-Albert Michalet :
« L’espoir des salariés du Nord se trouve, pour une grande part, dans les transformations des économies du Sud ». En effet, plus les revenus du Sud augmenteront en fonction des gains de productivité, moins les firmes auront de possibilités de « chantage à l’emploi ». Ce sera également à l’avantage des économies du Sud, qui pourront fonder leur développement sur des marchés intérieurs solides et diversifiés, plutôt que sur des exportations à bas prix qui alimentent le dumping salarial, les déséquilibres mondiaux et les pressions déflationnistes. Cela permettra aussi aux travailleurs du Sud d’être rémunérés suffisamment que pour vivre décemment, ce qui est l’objectif final de toute politique de développement social digne de ce nom. Comme l’explique Suzanne Berger : « Une solution serait d’encourager les travailleurs du Sud à s’organiser pour réclamer des augmentations de salaires et de meilleures conditions de travail ». C’est là tout l’enjeu d’une campagne 11.11.11 sur le travail décent et c’est notamment pourquoi le CNCD-11.11.11 soutient la campagne lancée par les syndicats asiatiques du secteur de l’habillement en faveur d’un salaire minimum.

Inscrivez-vous à notre Newsletter