×

Cela se passe près de chez vous

Elections 2019. Les apéros politiques

On continue comme ça ou on change ?

Elections 2019. Les apéros politiques. On continue comme ça ou on change ?

Pieter Van Eecke / CNCD-11.11.11
https://youtu.be/w7h_-9nOgJE

Le dimanche 26 mai 2019, nous voterons pour les élections régionales, fédérales et européennes. Depuis plusieurs mois, les manifestations se succèdent pour défendre les droits fondamentaux et la solidarité internationale avec une ampleur inédite et des revendications de plus en plus partagées. Figureront-elles à l’agenda politique de la prochaine législature ? Avec quelles ambitions et quels moyens ?

Venez en débattre avec les candidat.e.s têtes de liste aux élections fédérales !

Le CNCD-11.11.11 et ses partenaires vous invitent à interpeller ces candidat.e.s têtes de liste sur les enjeux de la solidarité internationale.

Cela se passe sûrement près de chez vous

Les rendez-vous

Les sujets qui seront débattus

Pour la justice fiscale

Par leurs pratiques d’évasion fiscale, les grosses fortunes et les firmes transnationales profitent des failles du système fiscal international pour payer très peu, voire pas d’impôt. Les chiffres les plus prudents estiment ainsi à 350 milliards d’euros les recettes perdues chaque année au niveau mondial, du fait de l’évasion fiscale. Cette dynamique est accentuée par la compétition fiscale entre les États qui, dans le but d’attirer les investisseurs, provoquent une course au moins-disant fiscal. Cette injustice croissante est aussi un des facteurs principaux de l’augmentation des inégalités sociales et un frein à la diminution des inégalités entre les femmes et les hommes.

Comment financer le développement durable qui nécessite de mobiliser des moyens substantiels, à commencer par les ressources domestiques, et donc les recettes fiscales ?

Pour la justice climatique

Le réchauffement climatique est l’un des plus grand défis de l’histoire de l’humanité. Face à cette menace grandissante, les États ont approuvé un accord international, l’Accord de Paris : ils se sont engagés à maintenir la hausse de température en deçà des 2°C et à fournir tous les efforts nécessaires pour limiter le réchauffement moyen à 1,5°C par rapport à l’ère préindustrielle. Pourtant, ces objectifs risquent de ne pas être atteints, car les engagements annoncés de réduction de CO2 et de financement de l’adaptation des pays pauvres aux changements climatiques sont insuffisants. Le Rapport publié par le GIEC en octobre 2018 le montre : seules des mesures d’une ampleur sans précédent permettront d’atteindre les objectifs fixés à la COP 21.

Comment la Belgique et l’Europe vont-elles se montrer beaucoup plus ambitieuses et prendre le chemin d’une transition juste vers des sociétés libérées du carbone ?

Pour un commerce juste et durable

Les flux de commerce et d’investissement représentent aujourd’hui les principales sources de financement du développement. Pourtant, si les investissements opérés dans l’économie réelle, créateurs d’emplois décents et renforçant les stratégies de développement se sont révélés bénéfiques, les stratégies de localisation des firmes ont incité les gouvernements à les attirer par des mesures engendrant une course au moins-disant social, environnemental et fiscal.

Comment nouer des accords de commerce et d’investissement justes et durables ?
Comment le commerce sera-t-il transformé en outil de promotion du travail décent, de la protection sociale et d’une économie respectant les limites de la planète ?

Pour la souveraineté alimentaire

Sans transformation radicale, l’objectif d’un monde sans faim, annoncé dans le cadre de l’Agenda 2030 de développement durable, restera un vœu pieux. Aujourd’hui, malgré cet engagement, les chiffres de la faim et de la malnutrition repartent à la hausse, les ressources naturelles continuent d’être surexploitées, les inégalités sociales augmentent.

Comment la transition vers des systèmes alimentaires durables, c’est-à-dire basés sur l’agriculture familiale et les approches agro-écologiques, sera-t-elle engagée ?

Pour la justice migratoire

Les migrations peuvent devenir une expérience positive pour tout le monde si nous fondons nos politiques sur la justice migratoire. Fonder les politiques sur la justice migratoire, c’est accueillir une part de réfugiés proportionnelle à la population et à la richesse de l’Union européenne, et ainsi répartir les demandeurs d’asile de manière équitable entre les pays européens. Cela demande aussi d’utiliser l’aide publique au développement pour atteindre les Objectifs de développement durable et l’Agenda 2030 et orienter les politiques vers l’intégration, l’inclusion et l’égalité.

Comment ces orientations qui réclament un changement complet de modèle seront-elles mises en œuvre ?

Pour une aide au développement suffisante et efficace

Depuis 50 ans, l’aide publique au développement (APD) a démontré son efficacité. Une étude des Nations Unies démontre ainsi qu’un flux moyen annuel de 25 dollars par habitant a permis de réduire la pauvreté de 6,5%. Pourtant, l’objectif d’éradication de l’extrême pauvreté n’est toujours pas atteint car la plupart des pays donateurs ne respectent pas leur engagement de consacrer 0,7% de leurs richesses à l’APD et suivent insuffisamment les principes d’efficacité de l’aide. L’APD est cependant un instrument unique dans des contextes risqués.

Comment la Belgique contribuera-t-elle à la reconstruction des États fragiles, au financement de l’adaptation aux changements climatiques, au renforcement des contre-pouvoirs démocratiques ou à l’éradication des grandes pandémies ? Quels budgets y seront alloués ? Avec quels critères d’efficacité ?

Pour l’égalité des femmes et (...)

Pour l’égalité des femmes et des hommes

Les femmes sont porteuses de solutions face aux enjeux mondiaux. Elles restent pourtant largement exclues des processus de décision. Une représentation paritaire entre hommes et femmes dans tous les domaines de la société est essentielle. Or les inégalités entre les femmes et les hommes sont structurelles et systémiques et font partie intégrante des normes sociales. C’est pourquoi les droits des femmes et leur autonomisation dans tous les domaines doivent être une priorité pour toutes les parties prenantes, en ce compris les hommes et ce, dès le plus jeune âge. Les décisions politiques doivent se faire en utilisant le prisme transversal de l’égalité des sexes.

Comment la coopération au développement anticipera-t-elle les effets de ses programmes sur les relations de pouvoir existant entre les femmes et les hommes et leurs répercussions différentes selon les sexes ?
En parallèle, comment seront ciblés de manière spécifique l’égalité des genres, les droits des femmes et les enjeux auxquels sont confrontées les femmes et les filles ?

Pour la paix et les droits

Pour la paix et les droits humains

La mise en place de l’Agenda 2030 a consacré au travers du 16e Objectif de développement durable l’importance de « promouvoir l’avènement de sociétés pacifiques et ouvertes à tous aux fins du développement durable, assurer l’accès de tous à la justice et mettre en place, à tous les niveaux, des institutions efficaces, responsables et ouvertes à tous ». La mise en œuvre de cet objectif n’est pas envisageable sans l’approfondissement de la démocratie, le respect des droits humains et du droit international, ainsi que d’un soutien renforcé à la société civile. Or, l’absence de référence claire à ces principes dans l’Agenda 2030 démontre à elle seule qu’ils sont loin d’être des évidences dans beaucoup de régions du monde. Il en découle le nécessité pour la Belgique, qui siège dans de nombreuses enceintes internationales, d’en faire des priorités de sa diplomatie en utilisant une approche basée sur les droits humains.

Comment la Belgique fera-t-elle la promotion du respect du droit international et renforcera-t-elle les capacités des citoyen.ne.s et de la société civile de faire respecter leurs droits, ainsi que la redevabilité des mandataires politiques ?

Mémorandum Les revendications des ONG pour les élections 2019

Infos pratiques

Comment se déroulent les apéros ?

  1. A l’apéro politique, vous pourrez découvrir les travaux réalisés à l’atelier préparatoire dans chaque région.
  2. Interpeller vos candidat.e.s autour de 6 tables rondes thématiques
  3. Exposer vos revendications et découvrir celles du CNCD-11.11.11 et des organisations partenaires
  4. Débattre pendant 20 minutes avec chaque candidat.e
  5. Découvrir les priorités et les engagements de solidarité internationale de chaque candidat.e.

Où ont eu lieu ces « apéros » ?

Namur, Liège, Tournai, Bruxelles-Ville, Ottignies-LLN, Charleroi, Marche-En-Famenne

Quels seront les candidat·e·s présent·e·s ?

La liste de candidat·e·s sera publiée progressivement sur les pages de chaque événement.

Qui ? Lucie Dejonckheere
Adresse Quai du Commerce, 9 - 1000 Bruxelles
Téléphone +32 (0) 2 250 12 59

Inscrivez-vous à notre Newsletter