×

L’alternative

Militantes féministes, défenseuses des droits humains, parlementaires, journalistes ou encore paysannes œuvrent aux quatre coins du globe pour placer l’égalité des sexes au centre de tous les enjeux politiques, aussi bien au niveau local qu’international.

Puisque les inégalités de genre sont structurelles et systémiques, la promotion des droits des femmes et leur autonomisation (empowerment) doit devenir une priorité dans tous les domaines.

Pour ce faire, les orientations prises par les décideurs politiques aux niveaux belge, européen et international doivent toujours garder le prisme de l’égalité des sexes comme élément transversal aux débats.

Ainsi, la coopération au développement doit anticiper en quoi les programmes de développement peuvent se répercuter différemment sur les hommes et les femmes et les adapter si nécessaire. En parallèle, elle doit aussi cibler de manière spécifique les droits des femmes et l’égalité des sexes.


Au cours de la décennie écoulée, la scolarisation des filles de tous âges s’est améliorée et a convergé celle des garçons, mais seuls 66 % des pays ont atteint la parité entre les sexes dans l’enseignement primaire, 45 % dans le premier cycle du secondaire et 25 % dans le deuxième cycle du secondaire. 
Il est plus probable que des accords de paix se maintiennent lorsque les femmes participent pleinement aux processus de paix.

Inscrivez-vous à notre Newsletter