Accord UE- Equateur : le tour est joué !

Le 16 juillet, les négociateurs équatoriens ont baissé pavillon et accepté de rejoindre l’accord de libre-échange entre l’UE, le Pérou et la Colombie.

Le secteur agro-exportateur équatorien a été plus fort que les réticences du président Correa qui se méfiait de l’accord de libre-échange « proposé » par l’Union européenne. Malgré l’opposition de nombreux secteurs de la population qui paieront les pots cassés par cet accord, malgré les critiques des milieux académiques et de nombreuses ONG, c’est une nouvelle fois la logique des grandes firmes nationales et multinationales qui a prévalu : ce 16 juillet, les négociateurs équatoriens ont baissé pavillon et accepté de rejoindre l’accord entre l’UE, le Pérou et la Colombie dont l’article 329 permet des adhésions ultérieures.

> Lire Accords Europe/Amérique latine : le choix du commerce contre les droits humains

Le Président Correa n’avait cessé d’affirmer que l’accord en négociation avec son pays comporterait des différences avec celui qui implique les pays voisins et ce, pour en faire un vrai outil de développement. A-t-il mangé sa parole ?

La société civile équatorienne a immédiatement exigé que les termes de l’Accord soit rendus publics en soulignant ce qui le distinguerait des dispositions agréées avec le Pérou et la Colombie. N’oublions pas que l’Accord doit encore être ratifié par les parlements équatorien et européen : une dernière occasion de faire entendre les voix de la société civile des deux continents. Par ailleurs, la cour constitutionnelle équatorienne devrait aussi se prononcer car certains aspects de l’accord avaient été accusés de bafouer la Constitution du pays…

> Lire & voir UE - Amérique latine : des traités commerciaux critiquables

Il faut souligner que les bananes équatoriennes risquent de concurrencer celles d’Afrique de l’Ouest sur le marché européen. Or, n’est-ce pas notamment pour sauver le commerce de celles-ci que les dirigeants Ouest-Africains ont accepté de signer un APE qui semble plus que jamais un marché de dupes ?

> Lire Jacques Berthelot : Le marché de dupes des producteurs de bananes d’Afrique de l’Ouest ayant exigé la signature de l’APE avec l’UE

source : extrait du bulletin n°61 « Une Europe ouverte sur le monde », Plateforme Concord Belgique.