×

Des Objectifs du Millénaire aux Objectifs de développement durable

24 septembre 2015

Les Nations ont rendez-vous ce week-end pour adopter les Objectifs de développement durable (ODD), qui doivent devenir le nouveau cadre international du développement d’ici à 2030. Ces nouveaux objectifs succèdent à ceux du Millénaire, dont le bilan est pour le moins mitigé.

Ce vendredi 25 septembre, le Sommet des Nations Unies consacré aux nouveaux objectifs de développement durable (ODD) s’ouvre à New-York, en vue d’adopter le nouvel agenda du développement, baptisé : « Transformer notre monde ».

« Ce nouvel agenda a la mérite de poser la question de nos modèles de production et de consommation », explique Nicolas Van Nuffel, responsable du plaidoyer au CNCD-11.11.11. « Il fait de la lutte contre les inégalités et du respect des limites de la planète des objectifs en soi. C’est une grande avancée. Il est fondamental que la Belgique s’engage pleinement dans la réalisation des Objectifs de développement durable. Cet engagement doit se traduire tant dans ses politiques internationales qu’au niveau national. Les défis de la durabilité n’ont pas de frontière et nécessitent une approche volontariste de tous les gouvernements ».

Ce sommet est l’aboutissement de plusieurs mois de négociations entre gouvernements. L’engagement des chefs d’Etats et de gouvernements des pays membres des Nations Unies en faveur de nouveaux objectifs de développement durable (ODD) est attendu. 193 pays se sont entendus pour définir ces objectifs ambitieux. Ils succéderont aux objectifs du Millénaire de développement, fixés en 2000 et qui arrivent maintenant à échéance, en 2015. Ces 17 objectifs universels, déclinés en 169 cibles, seront applicables à tous les pays, à tous les niveaux de compétences et viseront à ne « laisser personne de côté ».

Pour Arnaud Zacharie, secrétaire général du CNCD-11.11.11, « alors que les Objectifs du millénaire se focalisaient sur les symptômes de la pauvreté, les nouveaux Objectifs de développement durable ciblent également les causes économiques de la pauvreté et l’impact environnemental du développement. C’est une avancée majeure qui nécessite pour les Etats membres de l’Onu de les traduire dans des plans d’action concrets à l’échelle nationale, dans le cadre d’un monitoring régulier à l’échelle internationale ».

Pour une analyse plus détaillée, lisez la chapitre consacré au bilan des OMD et aux nouveaux ODD, publié dans notre rapport annuel sur l’aide publique au développement.

Lire aussi

Voyage au cœur du greenwashing avec Febelfin
Un nouveau label pour « les investissements durables et socialement responsables »

Voyage au cœur du greenwashing avec Febelfin

Febelfin propose un label pour « les investissements durables et socialement responsables » qui tolère les énergies fossiles « conventionnelles » et qui permet des seuils de 10% pour l’industrie du tabac, 10% pour le commerce des armes « normales » et (...)


  • Antonio Gambini

    8 février 2019
  • Lire

Inscrivez-vous à notre Newsletter