Des combats qui changent le monde

Face aux dictatures, l'Opération 11.11.11 soutient la société civile

Tout au long les années 1970 et 1980, le CNCD-11.11.11 oeuvre à la re-démocratisation de l’Amérique latine. Un exemple parlant : le combat mené par son ONG membre Entraide et Fraternité contre la dictature militaire au Brésil.

En 1964, un régime militaire prend le pouvoir au Brésil. Si au départ il soigne son image modérée, la répression se durcit face aux mouvements massifs de contestation du printemps 1968. Commencent alors les « années de plomb », où toute forme d’organisation des mouvements sociaux est pourchassée et les leaders arrêtés, torturés, exilés, voire assassinés.

Mais la solidarité internationale s’organise. Elle passera bien souvent par le biais des Eglises. Très tôt, Entraide et Fraternité s’implique pour soutenir les opposants brésiliens. En 1976 a lieu, dans le plus grand secret, une réunion de leaders syndicaux et populaires venus de tout le pays. Ensemble, ils définissent une stratégie pour mettre à bas la dictature et décident de la création du CEDAC, un centre dédié à la formation des leaders syndicaux dans le cadre de la lutte pour la démocratie . « Au début, nous devions tout faire en secret, se souvient Angelina de Oliveira, l’une des fondatrices. Pour ne pas attirer l’attention, nous en étions réduits à commander un gâteau à chaque fois que nous nous réunissions, et nous nous mettions à chanter ’joyeux anniversaire’ dès qu’il y avait un mouvement suspect ! »

https://www.youtube.com/watch?v=Hiwi9pQAevw

Peu à peu, les mouvements se réorganisent et le CEDAC y joue un rôle primordial. Il assure la formation des dirigeants syndicaux qui organisent les grandes grèves de 1977 à 1979. Le mouvement prend de plus en plus d’ampleur et la dictature finit par plier : le pays prend le chemin de la démocratie.

Tout au long des années 1980, le CEDAC, soutenu par Entraide et Fraternité et l’Opération 11.11.11, continuera d’accompagner le processus de re-démocratisation par la base, en assurant la formation des leaders partout dans le pays, des quartiers populaires aux mouvements nationaux. Avec, en point d’orgue, en 1983, la fondation de la Centrale unique des travailleurs (CUT), puissant syndicat qui compte parmi ses leaders un certain Lula…

La mobilisation ne faiblit pas. Des millions de Brésiliens sont dans les rues, en 1984, pour réclamer le droit d’élire directement leur président. Puis, en 1988, le CEDAC coordonne une campagne pour la participation populaire à la Constituante : un million d’amendements seront soumis par les citoyens brésiliens, pour montrer au monde politique que la démocratie leur appartient et qu’ils ne sont plus prêts à se la laisser voler.

Aujourd’hui, la démocratie est à nouveau menacée au Brésil, une situation que le CNCD-11.11.11, avec ses partenaires, suit avec inquiétude. Ailleurs dans le monde, l’organisation soutient de nombreux autres partenaires qui sont des relais essentiels du dialogue démocratique. C’est le cas notamment en République démocratique du Congo ou au Burundi, où les événements récents montrent tragiquement à quel point ce soutien est nécessaire.