×

Migrations/Europe, des frontières assassines !

16 septembre 2014

Près de 700 migrants portés disparus cette semaine au large de la Méditerranée et des côtes libyennes. Ce décompte macabre est en perpétuelle augmentation ces 20 dernières années ! Pour le CNCD-11.11.11, l’Union européenne a sa part de responsabilité et doit modifier sa vision sécuritaire des migrations afin de veiller au respect des droits fondamentaux des personnes.

La communauté internationale, l’UE et ses États membres en tête, a trouvé le bouc émissaire des naufrages : les passeurs. Mais lorsque l’on dénoue la chaine opaque des responsabilités, on en arrive à se demander qui est responsable de l’existence de ces réseaux mafieux ?

« L’Union européenne, en privilégiant l’approche sécuritaire des migrations ne fait que renforcer, voir donne naissance aux trafics d’êtres humains, avides de nouvelles sources de revenus et agissant sans aucune préoccupation du respect de la dignité humaine. En rendant moins accessibles les voies légales de migration, l ’UE et ses États membres rendent les routes migratoires toujours plus dangereuses et le recours aux passeurs inévitable » interpelle Cécile Vanderstappen, chargée de recherche sur les migrations au CNCD-11.11.11.

Dans le cadre de la campagne « Frontexit », le CNCD-11.11.11, dénonce l’incompatibilité du mandat de Frontex avec le droit international et le droit de l’Union européenne. Le CNCD -11.11.11 revendique ainsi que les moyens alloués à l’UE pour sa politique migratoire commune soient utilisés de manière à garantir le respect des droits humains, tant sur son territoire que en-dehors de celui-ci. Ce qui implique la reconversion des politiques sécuritaires, vers une politique orientée vers le respect des obligations internationales en matière d’accueil des demandeurs d’asile et de non-refoulement.
N’oublions pas que ces migrations ont des causes multiples, bien souvent liées aux conséquences des politiques prises dans nos propres pays. C’est le cas des politiques agricoles et commerciales qui appauvrissent les paysans du sud ou imposent des conditions de travail indignes aux ouvriers, poussant d’autant plus d’habitants du Sud sur les routes de l’exil. Il est devient urgent de revoir le modèle de gestion des migrations.

Depuis sa création en 2004, l’agence européenne Frontex n’a cessé de voir ses moyens financiers augmenter, avec un budget s’élevant à 89.197.000 € en 2014. Dans le même temps, le nombre de morts aux frontières de l’Europe n’a pas diminué, bien au contraire.
Depuis juin 2014, plus de 2.200 personnes auraient péris ou seraient disparues en tentant de franchir la Méditerranée pour rejoindre l’Europe, selon le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés.

Contact

Cécile Vanderstappen
Chargée de recherche sur la Justice migratoire au CNCD-11.11.11.
cecile.vanderstappen cncd.be
Quai du Commerce 9, 1000 Bruxelles
+32 (0) 2 250 12 61

Lire aussi

Eurafrique : la menace migratoire imaginaire

Eurafrique : la menace migratoire imaginaire

La menace d’une ruée migratoire africaine vers l’Europe est un mythe. La fermeture des frontières et la fin de l’aide au développement réclamées par les adeptes du repli national-populiste sont des solutions contre-productives. Ce dont l’Europe a besoin (...)


  • Arnaud Zacharie

    4 mars 2019
  • Lire

Inscrivez-vous à notre Newsletter