×

RDC : les militants arrêtés doivent être libérés immédiatement

16 mars 2015

Ce dimanche 15 mars 2015, à Kinshasa, des militants de la démocratie venus de toute l’Afrique ont été arrêtés lors d’une conférence de presse par des hommes en armes agissant au nom et pour le compte des services de sécurité de la RDC. Ils auraient été ensuite interrogés par l’Agence nationale de renseignement (ANR).

Parmi ces militants, venus pour lancer la plate-forme citoyenne FILIMBI, visant à encourager la participation des jeunes au processus démocratique en RDC, figurent plusieurs mouvements membres de la campagne « Tournons la page », en particulier trois Sénégalais de « Y en a marre », Fadel Barro, Aliou Sané, le rappeur Malal Talla alias Fou Malade, un militant du Balai citoyen du Burkina Faso, Oscibi Ouédraogo, et des représentants de certaines organisations de la jeunesse et activistes congolais Miyangu Kiakwama, Floribert Anzuluni, Ben Kelem, Franck Otete, Sylvain Saluseke. Ont également été arrêtés un rappeur congolais et d’autres journalistes et techniciens qui préparaient le concert prévu ce même dimanche soir à Kinshasa. Au cours de cette « rafle », des ordinateurs ont été saisis, des bannières arrachées ; selon RFI, les artistes de « Y en a marre » et du « Balai citoyen » seraient menacés d’expulsion. Kevin Sturr, un agent d’USAID (l’agence américaine d’aide au développement) et trois journalistes congolais de la BBC, également arrêtés, ont été libérés tard dans la soirée.

Avec ses partenaires de la Coalition « Tournons la page », le CNCD-11.11.11 condamne fermement ces violations manifestes aux libertés d’expression et de réunion. La Coalition exprime sa vive inquiétude quant au sort réservé aux militants, aux artistes et aux journalistes arrêtés, et demande leur libération immédiate et sans condition. Elle juge ces attaques contre les militants inacceptables et dangereuses pour la consolidation de la démocratie aussi bien en RDC que dans la sous-région.

« Tournons la Page » exige du gouvernement la protection en toute circonstance de l’intégrité physique et psychologique des militants et autres défenseurs de la démocratie et la garantie de leurs droits et libertés fondamentales.

En s’attaquant à cette manifestation, le gouvernement congolais s’attaque à la solidarité qui lie les sociétés civiles africaines et leurs artistes. Pourtant la soif de démocratie et cette solidarité, qui dépasse les frontières de l’Afrique, seront plus fortes que toutes les intimidations.

« Tournons la page » prend à témoin l’opinion internationale sur ces dérives, et l’exhorte à condamner ces pratiques, et à tout mettre en œuvre pour prévenir ce type d’actes qui pourraient constituer un précédent pour le travail de la société civile indépendante partout où il est nécessaire.

Lire aussi

Gaza : la santé, principale victime de la répression israélienne

Gaza : la santé, principale victime de la répression israélienne

Publié fin février, le rapport de la Commission d’enquête de l’ONU relève les violations graves du droit international commises par Israël à l’encontre des manifestants palestiniens à Gaza, mettant en lumière leurs impacts sur le système de soins de santé (...)


  • Nathalie Janne d’Othée

    21 mars 2019
  • Lire
Pendant que les ressources halieutiques sahraouies sont exploitées par des armateurs européens, les réfugiés établis dans les camps de Tindouf dépendent entièrement de l'aide humanitaire.
Sahara occidental

Accords UE-Maroc : les droits humains foulés aux pieds

Le 13 février 2019, le Parlement européen doit se prononcer sur l’extension de l’accord de pêche entre l’Union européenne (UE) et le Maroc aux eaux territoriales sahraouies. A plusieurs reprises, la Cour de Justice de l’UE (CJUE) s’est exprimée sur le (...)


  • Nathalie Janne d’Othée

    11 février 2019
  • Lire

Inscrivez-vous à notre Newsletter