×

Communiqué de presse

Relation belgo-congolaise et la paix à l’Est de la République Démocratique du Congo

Le CNCD 11.11.11 et sa plate-forme « Afrique centrale » s’inquiètent du blocage persistant des relations entre la Belgique et la République Démocratique du Congo. Ils demandent au gouvernement belge de multiplier les efforts pour que les relations diplomatiques entre les deux pays se normalisent.

Le développement du Congo et le retour de la paix en Afrique centrale pour le bien être des citoyens congolais doivent être la première préoccupation des gouvernements belges et congolais. La normalisation des relations est cruciale pour amener à nouveau la Belgique à contribuer pleinement à l’accomplissement de ces deux objectifs. D’autant que les moyens disponibles dans le cadre du programme indicatif de coopération sont actuellement bloqués en attente de cette normalisation des relations diplomatiques.

Au-delà des normalisations des relations entre les deux pays, la plate-forme « Afrique centrale » demande avec insistance au gouvernement belge qu’il profite de ses deux derniers mois au sein du Conseil de Sécurité des Nations unies et de son rôle au sein de l’Union européenne pour réaliser un changement concret pour les civils en RDC. En particulier, que ces instances démontrent une volonté politique suffisamment forte et proposent des solutions adaptées et suffisamment ambitieuses face aux défis rencontrés par les acteurs de terrain pour assister et protéger les civils victimes de ce conflit et pour permettre, le plus rapidement possible, de mettre fin à la situation de guerre dans l’Est de ce pays, en vue de réunir les conditions concrètes du développement.

Face à l’aggravation de la situation sur le terrain, la Belgique doit à nouveau être capable et désireuse d’initier, contribuer et soutenir les efforts internationaux et nationaux dans ce but, qu’ils soient politiques ou diplomatiques, pour réunir les conditions concrètes du développement. A cet effet, la plate-forme « Afrique centrale »du CNCD 11.11.11 demande que soit initiée le plus rapidement possible au niveau européen et international :

  • une démarche efficace envers les pays de la région pour mettre fin au trafic des armes et aux incursions de bandes armées étrangères sur les territoires voisins ;
  • un soutien effectif (militaire, social et judiciaire) aux populations civiles en RDC, en particulier les femmes et les enfants particulièrement touchés par de nombreuses exactions ;
  • une démarche coordonnée et cohérente de l’Union européenne sur tous les thèmes et vers tous les pays de la région concernés par cette crise ;
  • que le Conseil de Sécurité des Nations Unies fasse en sorte que la révision du mandat de la Monuc en fin d’année aboutisse à une extension de son terrain d’intervention à toutes les zones troublées et garantisse ainsi de meilleures garanties de protection tant pour les populations rurales que citadines de l’Est du Congo.

Lire aussi

Eurafrique : la menace migratoire imaginaire

Eurafrique : la menace migratoire imaginaire

La menace d’une ruée migratoire africaine vers l’Europe est un mythe. La fermeture des frontières et la fin de l’aide au développement réclamées par les adeptes du repli national-populiste sont des solutions contre-productives. Ce dont l’Europe a besoin (...)


  • Arnaud Zacharie

    4 mars 2019
  • Lire

Inscrivez-vous à notre Newsletter