×

2015 sera une année cruciale pour l’avenir de l’humanité !

22 juillet 2014

Le chanteur Bono (U2), Desmond Tutu, Graça Machel (la veuve de Nelson Mandela), ou encore Muhammed Yunus (Grameen Bank de microcrédit) écrivent ensemble une lettre ouverte aux dirigeants du monde entier.

« Le futur de notre famille humaine et de notre monde duquel nous dépendons tous », tel est l’enjeu pour six leaders d’opinion qui publient une lettre ouverte aux chefs d’Etat du monde entier. Ils attirent l’attention de la communauté internationale sur les enjeux de l’année 2015, qui verra converger deux processus internationaux : la définition d’Objectifs de développement durable (en septembre 2015) et la conclusion de l’accord mondial pour le climat (en décembre 2015 à Paris).

Cette lettre est publiée ce 18 juillet, alors que se clôture à New York la dernière semaine de discussions préparatoires pour la définition des Objectifs de Développement Durable. Ces objectifs prendront le relais des Objectifs du Millénaire pour le Développement fin 2015. « Ce que sera le monde (en 2030) dépend des décisions que vous prendrez en 2015, et de leur préparation dès maintenant », insistent les personnalités.

Le processus

Les discussions préparatoires avaient commencé il y a un peu moins d’un an, et ont duré 13 semaines. Un rapport final des discussions sera transmis à l’Assemblée générale des Nations Unies en septembre 2014, de même qu’un rapport sur le financement du développement durable – dont on sait actuellement peu de choses.
La suite du processus est à ce stade encore relativement floue mais les grandes dates sont connues : les négociations pour la définition des Objectifs de Développement Durable devraient commencer cet automne, afin d’obtenir un texte final qui sera approuvé par l’Assemblée générale des Nations Unies en septembre 2015.

Les Objectifs du Millénaire pour le Développement (2000-2015) : un bilan loin d’être positif

Ces Objectifs de Développement Durable actuellement en discussion devront donc prendre la suite des Objectifs du Millénaire pour le Développement. Pour rappel, cet ensemble de 8 objectifs de développement visait à réduire de moitié la pauvreté à l’horizon 2015. Ils avaient été établis en septembre 2000, dans la Déclaration du Millénaire. A un an de l’échéance, le bilan effectué par le Secrétaire général des Nations Unies est mitigé : les résultats varient fortement d’un objectif à l’autre, entre et au sein des régions et entre les groupes de population.

Si la parité scolaire pour l’éducation de base a bénéficié d’un fameux coup de pouce ces dernières années, les ONG sont encore plus critiques sur le bilan de l’accès à l’eau potable de qualité (la mise en œuvre d’infrastructures de distribution n’est pas automatiquement synonyme d’accès à l’eau, en témoignent des villes comme Jakarta, en Indonésie, qui sont équipées en infrastructures mais où les robinets sont libres). Même bilan critique pour la lutte contre l’extrême pauvreté : alors qu’il y a des zones de développement en Asie ou en Amérique latine, le bilan global de l’Afrique sub-saharienne est une aggravation de l’extrême pauvreté !

Les Objectifs de Développement Durable (2015-2030) : un nouvel agenda pour le développement humain durable

C’est lors de la Conférence Rio+20 en juin 2012 qu’il a été décidé de définir un nouveau set d’objectifs pour le développement durable, plus larges que le cadre des objectifs de développement qui, lui-même, était déjà très large. Qui plus est, ces objectifs auront une portée universelle et seront donc applicables à tous les pays.

17 objectifs ont à ce jour été pré-identifiés, parmi lesquels éradiquer la faim et la pauvreté, assurer l’accès à l’eau et à l’assainissement pour tous, l’éducation, des conditions de travail décent, promouvoir une industrialisation durable, des modes de consommation et de production durables, s’attaquer aux changements climatiques, protéger et restaurer les écosystèmes,…
Leur formulation n’est à ce stade pas finale, mais le rapport final du groupe de travail sera présenté à l’Assemblée générale des Nations Unies en septembre.

Les ONG veillent, car un seul mot peut faire toute la différence

Dès 2013, le CNCD-11.11.11 a rejoint le réseau international d’ONG Beyond2015, qui regroupe plus de 1000 ONG dans 130 pays, et est présent à chaque étape du processus à New York. Les ONG se félicitent de voir le travail avancer et ses préoccupations globalement prises en compte dans les prémisses du texte, en particulier la lutte contre les inégalités et l’universalité des droits.

Cependant, les réserves et les craintes sont nombreuses, en particulier face à l’importance accordée à la « croissance » qui, selon nous, ne peut être un objectif en soi. Le terme devrait être remplacé par « développement ». Par ailleurs, cette vision dite « à long terme » reste limitée à l’horizon 2030, qui n’offre donc une perspective que de 15 ans. Enfin, concernant les modalités, les ONG plaident pour que le processus de révision des objectifs de développement durable soit annuel et obligatoire pour tous les pays, et non volontaire.

Car ce seul mot dans le texte qui sera finalement approuvé en septembre 2015 fera toute la différence.

Lire aussi

Voyage au cœur du greenwashing avec Febelfin
Un nouveau label pour « les investissements durables et socialement responsables »

Voyage au cœur du greenwashing avec Febelfin

Febelfin propose un label pour « les investissements durables et socialement responsables » qui tolère les énergies fossiles « conventionnelles » et qui permet des seuils de 10% pour l’industrie du tabac, 10% pour le commerce des armes « normales » et (...)


  • Antonio Gambini

    8 février 2019
  • Lire

Inscrivez-vous à notre Newsletter