×

New B

Une banque : un projet financier, mais pas seulement

Nicolas Van Nuffel Nicolas Van Nuffel
17 février 2014

Il y a tout juste un an, la coopérative New B se lançait avec un succès incroyable. Aujourd’hui, l’étape suivante est en train de se construire… et fait appel à votre mobilisation.

Qui aurait cru à un tel succès ? Fin mars 2013, une cinquantaine d’organisations, dont le CNCD-11.11.11, lancent une campagne de trois mois dans l’objectif de réunir dix mille coopérateurs prêts à se lancer dans l’aventure de construire une banque. Et pas n’importe quelle banque : une banque belge, qui respecte de stricts critères éthiques et qui, par sa structure coopérative, fonctionne de façon démocratique. Après seulement trois jours, l’objectif est atteint. Trois mois plus tard, 40 000 personnes ont acheté une part. Le 6 juillet, l’Assemblée générale vote dans l’enthousiasme le passage à l’étape suivante : définir concrètement le modèle bancaire pour préparer la demande d’agrément auprès des autorités belges.
Ce qui peut paraître simple sur le papier ne l’est pas du tout dans la pratique : car il ne s’agit pas seulement de respecter les valeurs qui nous guident, mais aussi de correspondre aux critères exigeants (quoi de plus normal ?) de la Banque nationale, tout en assurant la rentabilité à long terme d’un tel projet.

Au cours des derniers mois, l’équipe de la New B s’est donc consacrée à construire le modèle concret de cette future banque, tout en préparant un nouvel appel à l’investissement. En effet, pour créer une banque, il faut du capital, beaucoup de capital : 60 millions € doivent être réunis, en faisant appel au public, mais aussi à des investisseurs publics ou privés.

Ce qui rendra la New B viable à long terme, c’est la participation active, y compris financière, de dizaines de milliers de citoyens

Les obstacles n’ont pas manqué : construire une banque alternative, c’est aussi agir en dehors des sentiers battus et des cadres de pensée existants. Ce qui peut entraîner, ne nous voilons pas la face, des réticences de la part des autorités de contrôle, bien trop habituées au modèle devenu classique de la banque dirigée selon un mode plus traditionnel par ses actionnaires majoritaires et, qui plus est, mélangeant les métiers de banque d’épargne et de banque d’affaires.

Comment convaincre ? En redoublant de rigueur et de vigilance dans le sérieux du modèle que nous construisons, bien entendu. Mais aussi par la mobilisation citoyenne : ce qui rendra la New B viable à long terme, c’est la participation active, y compris financière, de dizaines de milliers de citoyens décidés à prendre en main leur destinée financière. C’est pourquoi la New B a lancé, fin janvier, une nouvelle campagne qui invite chacun d’entre nous à investir de 20 à 120 € en part de capital.

Pourquoi limiter à ce point la participation ? Tout simplement parce qu’à ce stade, un tel investissement représente un risque certain. Ce risque, nous devons cependant le prendre si nous voulons voir apparaître sur le marché une banque qui nous appartienne. Et plus nous serons nombreux, moins il y aura de risque. Une autre, une nôtre, banque est possible !

Soutenez la New B sur https://newb.coop/fr

Source : article publié dans le magazine du CNCD-11.11.11 dlm, Demain le monde, mars-avril 2014, n°24.

Lire aussi

Réguler la mondialisation

Réguler la mondialisation

Ni le repli nationaliste, ni l’agenda néolibéral ne sont susceptibles d’apporter les réponses adéquates aux déséquilibres de la mondialisation. Seule une approche progressiste et internationaliste visant à encadrer la mondialisation par des régulations (...)


  • Arnaud Zacharie

    23 avril 2019
  • Lire
Action devant le siège bruxellois d'ING
Communiqué de presse

ING finance l’accaparement de terres en Afrique

La campagne « Stop Greenwash-ING », menée par une coalition d’ONG, a interpellé la banque ING quant au financement du groupe SOCFIN. En effet, celui-ci est responsable d’accaparements de terres et d’abus de droits humains. En janvier 2019, ING a (...)


« La crise financière de 2008 avait soulevé des émeutes de la faim dans les grands villes du Sud, affamées par la flambée des prix des produits alimentaires. A Haïti, ceux qui ne peuvent pas se payer à manger se contentent d'une galette d'argile qui tient au ventre. »
Du nord au Sud, et à l’envers

Crise de la dette au Sud

Dix ans après la chute de Lehman Brothers, les pays en développement croulent à nouveau sous les dettes. Et les répercussions sont graves : flambée des prix, politiques d’austérité, sous- investissements (...)


  • Jean-François Pollet

    18 mars 2019
  • Lire
Qui ? Nicolas Van Nuffel
Adresse Quai du Commerce 9, 1000 Bruxelles
Téléphone +32 250 12 30

Inscrivez-vous à notre Newsletter