×

Un pas de plus dans la dérive dictatoriale

Le Burundi suspend les principales ONG locales et bloque des fonds de l’Opération 11.11.11

25 novembre 2015

Le gouvernement burundais a suspendu les activités des principales ONG locales, quelques jours après avoir bloqué leurs comptes en banques, ainsi que les comptes personnels des principaux leaders de la société civile. La raison invoquée est que ces ONG et personnalités ont été à la pointe du mouvement citoyen contre le troisième mandat du président Nkurunziza – contraire à la Constitution et à l’Accord de paix d’Arusha.

Parmi les ONG visées, on trouve le Forum de la société civile (FORSC), soutenu depuis plusieurs années par le CNCD-11.11.11, via le programme « Citoyenneté et démocratie » financé par l’Opération 11.11.11. Cette décision autoritaire illustre la dérive dictatoriale du gouvernement Nkurunziza. Selon Arnaud Zacharie, secrétaire général du CNCD-11.11.11 : « La démocratie implique de respecter la Constitution, mais aussi de disposer d’une société civile indépendante et dynamique. Or le gouvernement burundais ne respecte ni l’un, ni l’autre. Plus les semaines passent, plus le Burundi s’enfonce dans l’autoritarisme et la violence ».

Cette décision constitue un signal extrêmement négatif, alors que l’Union européenne et le Burundi sont actuellement en dialogue dans le cadre de l’article 96 de l’accord de Cotonou entre l’UE et les pays ACP (Afrique, Caraïbe, Pacifique). Avec cette initiative visant à mettre la société civile au pas, le gouvernement burundais s’enfonce un peu plus encore dans la répression, alors que les manifestations n’ont débuté qu’après que le président Nkurunziza ait annoncé briguer un troisième mandat présidentiel, au mépris des Accords de paix d’Arusha et de la Constitution.

Selon Arnaud Zacharie : « Cette répression des ONG burundaises est inacceptable et doit représenter pour l’UE un point de rupture dans le dialogue entamé sous l’article 96. Le Burundi doit revenir sur cette décision, car il ne peut y avoir de démocratie sans une société civile libre et indépendante  ».

Lire aussi

Jair Bolsonaro, le nouveau président brésilien, pourrait rencontrer des résistances à sa volonté de tailler en pièces l'Amazonie.
Brésil

Jair Bolsonaro pourra-t-il détruire l’Amazonie ?

Elu en octobre, intronisé en janvier, Jair Bolsonaro, le nouveau président brésilien, va-t-il amplifier le saccage de l’Amazonie ? Cet ancien militaire, nostalgique de la dictature, ouvertement raciste et homophobe, n’a cessé de clamer durant sa (...)


  • Jean-François Pollet

    1er avril 2019
  • Lire

Inscrivez-vous à notre Newsletter